Une cinquantaine d’acteurs de l’entretien routier
renforcent leurs capacités en matière de pathologies des infrastructures routières et méthodologies de réparation au Centre Régional de Formation pour l’Entretien Routier (CERFER), ce mardi à Lomé.

Initiée par le CERFER, cette formation permettra aux participants de diagnostiquer les pathologies routières et de leur trouver une gestion plus efficace.

« La formation va se structurer autour des pathologies de diagnostics pour savoir ce qui ne va pas et par apport à chaque type de pathologie, quel remède il faut apporter. Nous avons également remarqué qu’il est important que les petites et moyennes entreprises maîtrisent le montage des dossiers d’appel d’offre et sachent également formuler correctement les prix », a déclaré Samah Ouro Djobo, Directeur général du CERFER.

Pour Abelim Passoli, conseiller technique et représentant le ministre des infrastructures et des transports à la cérémonie d’ouverture, vue la politique de reconstruction  nationale, les grands chantiers d’infrastructures routières notamment les projets de réhabilitation et de renforcement des routes déjà revêtues et les projets d’aménagement et de bitumage de nouvelles routes, il s’avère nécessaire d’accroître  et de renforcer les capacités des acteurs de la construction des routes par des formations.

« Actuellement, avec l’ampleur des travaux engagés par l’Etat et les moyens mobilisés il apparait plus que jamais nécessaire d’assurer la qualité des prestations et ce séminaire vient à point nommé », a-t-il souligné.

Plusieurs modules seront développés au cours de ces dix (10) jours de formation entre autres : les structures et infrastructures routières, les pathologies, les remèdes et méthodologie de réparation, le montage d’un dossier de soumission, la composition de prix unitaires et sous détail de prix et l’organisation de chantier.

Démarré ce mardi 22 janvier à Lomé, ce séminaire de formation prendra fin le 1er février prochain.

Elisabeth S.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *